Indices biologiques

Fiche d'activité mise en ligne le jeu 08 avr. 2010, par Equipe Ecole et Nature
Dernière modification le ven 30 juill. 2010.
Version imprimableEnvoyer par courrielversion PDFPartager sur Twitter

Thèmes

Biodiversité
Eau
Faune

Participants

Tout public
Cycle 3 (CE2-CM1-CM2)

Nombre de participants

Activité en petits groupes

Durée de l'activité

1H00

Lieu

Extérieur

Auteur : Réseau Ecole et Nature - Collectif

En étudiant le peuplement en invertébrés d’un cours d’eau, il est possible de déterminer la qualité de l’eau.

Typologie de l'activité

Approche pédagogique

Scientifique

Objectifs

• Faire le lien entre biodiversité et qualité du biotope.

• Estimer la qualité d’un cours d’eau.

• Sensibiliser à la démarche scientifique.

• Prendre conscience de la richesse faunistique des milieux aquatiques.

Infos pratiques

Matériel

• une passoire ou un chinois de cuisine (d’au moins 15 cm de diamètre et de mailles de 2 mm maximum).

• une boîte de conserve vide.

• un bac (type photo ou jardinière), de couleur blanche de préférence. • les petits outils suivants : (et les fiches qui les accompagnent) aquakit, filet troubleau, à plancton, surber, boîte à indice biotique et la nappe montée.

• une loupe grossissement 6 maximum. • un couteau de poche.

• un gros pinceau.

• des boîtes à indices biologiques (voir Petits outils) et un tableau d’indice biologique (à se procurer, par exemple, à l’Ariena, adresse en annexes)

Déroulement

• Repérer sur le site à étudier, des habitats différents en fonction de la vitesse du courant et du substrat ou des végétaux (courant faible/sable, courant soutenu/végétaux...). • Prélever dans le plus grand nombre d’habitats : sur et sous les pierres, les herbes ou les algues, le sable... • Chaque prélèvement doit se faire sur une surface de 500 cm2 environ. • Déterminer les invertébrés en utilisant simplement les boîtes d’indice biologique. • Puis utiliser le tableau de calcul des indices biologiques pour connaître la qualité du cours d’eau. Cette activité est inspirée d’un procédé scientifique, l’Indice Biologique Global Normalisé (IBGN NF T 90-350). Le protocole d’échantillonnage de cette méthode est très rigoureux ; il ne convient pas pour des ruisseaux dépassant un mètre de profondeur, l’eau doit être non-turbide, le débit constant pendant les 10 à 15 jours précédant le prélèvement, un appareillage de récolte d’une surface de 1/20m2, avec un filet de type Surber, il faut pratiquer 8 prélèvements en croisant 9 habitats possible et 5 vitesses de courant...Il s’agit bien ici d’une approche du protocole, qui ne donne qu’une évaluation approximative de la qualité de l’eau. • Ne pas oublier de rendre la liberté à tous les petits bio-indicateurs.

Compléments :

•    Faire des indices biologiques en divers points d’un même cours d’eau (en amont et en aval d’une agglomération, d’un ruisseau recalibré, de berges très végétalisées...)

•    Utiliser la même technique pour la mare ou tout autre plan d’eau.

•    Attention tout de même aux conclusions hatives.